2​

 

 

 

LE SUPREMASTISME SELON ILYA CHASHNIK (1902-1929)

 

 

Né en 1902 en Russie, Ilja Chashnik, est l’un des représentants majeur du Suprématisme.

 

Il se forme auprès d’un peintre local, Iouri Pen, par lequel il rencontre Marc Chagall et El Lissitzky et Ossip Zadkine.  En 1919, il part pour Moscou étudier à la Faculté d’Architecture. Fervent admirateur de Marc Chagall, il retourne dans sa ville natale pour continuer son apprentissage où ce dernier enseigne. 

 

Malévitch intégre également l’école de Vitebsk en tant que professeur. Il crée un nouveau type d’éducation où toutes les formes d’art tournent autour des principes suprématistes. « Quand la conscience aura perdu l’habitude de voir dans un tableau la représentation de coins de nature, de madones et de vénus impudentes, nous verrons l’œuvre purement picturale » ; ce concept prit le nom d’ UNOVIS, soit les défenseurs de l’art nouveau. 

 

Le talent de Chashnik est immédiatement reconnu par Malévitch qui l’intègre au sein de son groupe de jeunes chercheurs. Il se lie d’amitié avec Suetin avec lequel il collabore sur de nombreux projets. 

 

Rapidement, les principes suprématistes sont contreversés par le pouvoir en place, Malévitch est contraint de partir avec ses étudiants pour Moscou en 1920 puis Saint Pétersbourg afin de perpétuer UNOVIS. 

 

 

Ilya Chashnik (1902-1929), Composition suprématiste, gouache sur papier, monogrammé en bas à droite et signé au dos, Russie, circa 1920-25. Provenance sur demande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

3

Copyright Galerie Angle 2017​

1

Dès la fin de ses études en 1922, Chashnik rejoins Malévitch à Saint Petersbourg. Etudier et intensifier les recherches des mouvements antérieurs dont le futurisme, le cubisme, tel est le but du suprématisme qui prône le fait que le "monde artistique s’est renouvelé, il est devenu non objectif, pur.” 

 

Elève brilliant, il adapte les théories suprématistes de Malévitch pour trouver sa propre voie. Cette Composition suprématiste présentée par la Galerie Angle, illustre son attention toute particulière au fond noir allié à des formes géométriques, symétriques et placées perpendiculairement à des surfaces planes unies conférant équilibre et rythme à la composition architecturée.

 

Dans le Suprématisme la peinture n’est pas le sujet. Les representations suprématistes en deux dimensions puis en trois dimensions, trouvent leurs continuations naturelles dans l’architecture. Comme le soulignait Malévitch, "d’un point de vue spirituel, la peinture et l’architecture ne font qu’un".

 

A la fermeture d’UNOVIS en 1926, Chashnik continuera ses recherches architecturales en peinture et dans des oeuvres de plâtre en trois dimensions, tout en appliquant les principes du suprématisme aux arts décoratifs. Il meurt en 1929, à l’apogée de son art. 

 

Gerry Souter, Kasimir Malévitch, Ed. Parkstone, New-York, 2008. 

Kasimir Malevitch, Du cubisme et du futurisme au suprématisme, Ed. Le nouveau réalisme pictural, Moscou, 1915.  

Wassili Rakitin, Malévitch, Suetin, Tschaschnik, Galerie Gmurzynska, Ed.  Marienburg, Cologne, 1992.

 

 

 

 

2

3

1